Si vous ne voyez pas cette animation, vous ne possédez pas le plug-in Flash 5 de Macromedia. Cliquez
ici pour le télécharger, et revenez-nous voir...

Au départ, c’est-à-dire devant l’école de Boncourt-sur-Meuse, je prends la direction de Commercy durant quelques mètres.

Quelques centaines de mètres après le départ, je bifurque à gauche sur un chemin de sable jaune. Je m’offre une petite boucle de deux kilomètres le long de la ligne de chemin de fer. Ensuite, mes mollets me dirigent tout droit vers Saint-Julien-sous-les-Côtes par la départementale D130. Ces quelques kilomètres sur une route goudronnée pour bifurquer à gauche à l'entrée du village de Saint-Julien. Et là, les choses sérieuses commencent.

La montée sur les coteaux 'Les Grandes Cordières' est moralement pénible. Mais rapidement, j'atteins le sommet et je poursuis mon chemin prudemment. Des sources surgissent parfois en périodes humides. C’est plusieurs centaines de mètres plus loin que j'arrive à un carrefour me permettant de rejoindre la route départementale. Cependant, je décide de continuer tout droit sur le chemin herbeux et tranquille le long du 'Trayeux'. Après avoir admiré les merveilles de la nature, mes pneus me demandent d’amorcer la première descente qui suit. Je passe à côté d'une habitation, mais j'ai juste le temps de l'apercevoir qu'il faut déjà poursuivre ma descente. Heureusement, la nature a toujours le dessus. En effet, la boue et les flaques immenses ont pris le relais. Je dois freiner mes ardeurs, le passage de certaines flaques nécessite de bien les négocier en gardant de la motricité pour ne pas rester planté au milieu d'une de ces flaques. Je me situe juste près des vestiges du village 'La Petite Mandre'. Après ce passage délicat, lorsque je retrouve un chemin plus roulant, le soleil décide de repointer le bout de son nez. La région apparaît alors autrement.

J’ai aussi le temps de voir le train express Paris-Metz passer dans la vallée, avant d’entamer une légère montée qui me conduit à la croix de Mandre. Je me retrouve assez rapidement sur le sommet. Le chemin plonge de l’autre côté et je décide de lâcher les bourrins. Pas le temps de me griser, il faut veiller à, de nouveau, respecter le code de la route car je rentre déjà dans le village de Boncourt-sur-Meuse. Je suis le chemin en ligne droite passant entre l'église et la mairie, pour que quelques dizaines de mètres après, je bifurque à gauche pour redescendre au niveau de mon point de départ : l'école.

Copyright © 1999-2014 Sylvain & Caroline